Le manifeste de l'auto-édition
Pourquoi l'auto-édition ? Par le créateur auto-edition.com en l'an 2000
- Youtube Edition.


- Livres
auto-édition cette année


A lire avant de publier...
 la faute à souchon version numérique acheter le livre.
(numérique tarif très décent)
Papier : 19 euros.
un samedi soir sur ses terres

livres autoedités.
Les Formalités auteur éditeur
forum.
ACCUEIL auto-edition.info .





27 : un samedi soir sur ses terres

Juste un regard. Verre en main. Du floc. Mais pas la force de défoncer les barrages ; comment aborde-t-on une femme comme ça ?...

J’ai, déjà, la réputation du mec aux manières culinaires...
- J’ai fait de mon mieux, j’y ai mis tout mon talent...
Philippe Bonaldi fait son show, me présente chaque plat.
Tout ça à cause d’un « bof » ; quand il fallait glorifier la cuisine. Je n’avais alors d’autres choix que de « m’expliquer », ne pouvant laisser sous-entendre que le frère d’un mythe de Canal Plus pouvait être indigne des cuisines d’Astaffort. Ma formule
Se voulait « diplomatique » : viande de supermarché.

Pour la première fois, une place « pas mauvaise »... pour un spectateur !
Deux chaises me séparent du mec en face. Soit d’abord nain de jardin puis à ma gauche Laurent. Je n’entends pas tout mais c’est déjà émerveillement...

Quelques groupes sont retournés « au travail »... le crétin en chef, Pierre, je le sais maintenant, vient auprès de son « adjoint », Franck, en bout de table...
Franck à côté de Christophe ; Christophe, en face de Marjorie (à sa droite Sylvie, auteur dictionnaire de rimes, elle aussi en bout de table donc).
Franck : - Pourquoi nain de jardin ?
Il répond ne pas savoir, c’est un surnom de Francis, alors comme le maître a dit...
- Il te verrait bien la nuit dans son jardin !
- C’est peut-être l’anagramme qui donne la solution (alors quelques-uns posent les douze lettres et cherchent... Sylvie propose radin de janina)...

Personne n’ose balancer « à cause de ta gueule »...
- Et toi Marjo, tu souris et tu dis rien.
- Oui, je pourrais vous dire pourquoi !...
- Marjo va nous dire pourquoi Francis a surnommé Bernard nain de jardin...

Pierrot la frime ameute la salle... Marjorie sourit... A-t-elle remarqué mon regard. Se sait-elle ainsi dévorée ?

- Dans son utilisation la plus habituelle, des parents à l’enfant, le surnom est affectif.
- Tu vas pas dire qu’Bernard est le fils caché d’Francis !
- Entre adultes, le surnom met l’autre à distance. Assimiler quelqu’un à un nom d’animal ou d’objet, c’est le chosifier, bien marquer sa supériorité. Dans d’autres contextes, chez une personne immature, surnommer est une manière de masquer ses affects.
Un froid. Je pense : j’ai toujours cru trouver l’intelligence dans la beauté, et c’est enfin arrivé.
- Tu pourrais dire ça en français ?
Crétin veut reprendre la main...
- Et la chanson, pourquoi ils veulent pas produire mon premier album alors qu’il est génial, t’as une explication moins tordue ?
- Mais bien sûr !... Tu veux vraiment entendre ?
- Je peux tout entendre... et tout faire...
- La génération des Cabrel, Souchon, Goldman, a été imposée comme LA chanson française. Et les majors ont assez de figures de proue, ils laissent le système dériver tranquillement puisqu’il leur rapporte un fric sans commune mesure avec la valeur artisti
Que.
Seul le rap a pu exister, parce que c’était un autre monde, et surtout le show-biz n’y a pas cru, sinon ils auraient fabriqué leurs rappeurs. D’ailleurs ça viendra. Quand un marché, un créneau s’ouvre, ils lancent leurs pantins, boys bands, amuseurs pour
Maternelles...
Cabrel, Souchon, Goldman existent uniquement parce que le show-biz les a fabriqués, le show-biz les a fabriqués car ils répondaient à ses critères : faire du fric et ne pas s’embêter avec le sens. Etre consensuel. Il s’agit de fabriquer du vide pour être
Un bon produit, un produit tête de gondole.
Souchon est le seul qui semble avoir eu la tentation de penser mais c’est du passé depuis longtemps, il est bien dans le mou-moule !
- Je vois pas le rapport avec moi. Moi c’est complètement original, festif, drôle.
- Alors pourquoi ils ne te produisent pas ? Parce que le show-biz préfère continuer sur sa lancée ; après Louis Chédid tu as son fils, après Souchon, Voulzy, Higelin, tu as un fils aussi. Véronique Sanson aussi. Avec les fils, c’est la certitude d’avoir
Des gens dont les médias seront friands et surtout qui connaissent et suivent sans état d’âme les lois du milieu.
- Y’a pas que les fils de, qui réussissent quand même !
- Le piston donc, le premier cercle des enfants et les suivants, jusqu’au copinage, et la chance. Tu peux essayer le copinage, mais faut donner des gages... Tu peux essayer d’avoir de la chance. Donc de séduire d’autres intermédiaires.
- T’es vraiment bizarre comme nana, on dirait que tu cherches à te griller.
- Parfois vaut mieux être mal vu qu’en vue...
- Tu s’rais pas une intellectuelle ?
- Et pour toi c’est presque une insulte !
- Finalement c’est mieux quand elle cause pas Marjorie, vous trouvez pas !

Elle m’a regardé ! Rien qu’un dixième de seconde. J’en suis certain ! Tu as voulu voir si moi aussi je condamnais ces propos avec des oreilles-au-maître juste à côté ?...
- Oui, se taire, tu as raison... mais pas à cause du « soit belle et tais-toi », se taire parce que le silence grandit. Même après un peu trop de vin.
Elle s’est levée, est sortie. Et une nouvelle fois je suis resté scotché.
Je m’en veux. Encore !
Est-ce sa manière de mettre une barrière entre elle et les autres, se protéger ?
Comment te dire : tu n’as rien à craindre de moi !
Je m’en veux. Je n’écoute plus, crois ne plus écouter, et pourtant entends :
- Demain soir, je te parie ce que tu veux, mais c’te meuf je la fous dans mon pieu, et si tu veux, je te la donne gratos après.
- T’es sérieux ? Comment tu vas faire, elle a l’air coriace.
- Tu vois, ça. Avec ça, elle va écarter comme une poupée.
- C’est de l’ecstasy ?
- Mieux que ça mon pote, t’as jamais entendu parler de la pilule des violeurs ?
- Si mais... on en trouve pas facilement... et faut faire gaffe...
- Tu parles, tu mets un p’tit cachet dans son verre et après la gonzesse est comme sur un nuage, elle se souviendra même pas qu’on l’aura baisée.
- T’as déjà essayé, t’es sûr qu’y a aucun risque ?
- Y’a des risques pour la bleusaille mais pas pour un chanteur, tu crois qu’un flic va croire une gonzesse qui dit qu’elle a été violée par un chanteur, tout le monde sait que les femelles sont dingues des chanteurs. Alors quand y’en a une qui résiste...

- C’est justement celle qu’on veut !
- T’as tout compris mon pote. Et celle-là, on va bien s’amuser, puisqu’elle joue les saintes-nitouches. J’ai un instantané on prendra même des photos et on balancera ça samedi, pour voir sa gueule à la p’tite intellectuelle de mes deux...
- On va bien s’marrer...
- Qui tu crois qu’on peut mettre dans le bon plan ?, j’ai pas confiance en tout l’monde ici...

Marjorie. Marjorie... je me retiens. Fais celui qui n’a rien entendu...


La page suivante : -dimanche matin (du roman)

Infos sur AUTEUR (le romancier)


10 livres auto-édités A lire impérativement..





Commentaires ouverts :

Ajouter un avis éditable


auteurecrivain


toutes les photos du site.


un samedi soir sur ses terres 27 : un samedi